Je m'en fous, je n'ai rien à cacher

Le dim. 26 mai 2013 Par aegirs  | Catégorie : Vie privée

Tags :

 

Ces derniers temps on voit fleurir un certain nombre de projets permettant de surveiller les gens à un niveau encore jamais vu dans l'histoire :

La liste est longue.

Dans les exemples donné plus haut il y a deux types de surveillances. Celle des états, qui a pour but affiché de garantir la sécurité et celles des sociétés privées qui a généralement pour but de générer des profits publicitaires. Cependant la surveillance des sociétés privées peut être aisément récupéré par un état. Il lui suffit pour cela de passer une loi obligeant ces sociétés à lui transmettre leurs informations. C'est ce qui vient de se passer aux usa

Personnellement la multiplication de ce genre d'initiative me pose un problème mais pour en avoir parlé autour de moi et lu certains commentaires sur le net, beaucoup de personnes ne se sentent visiblement pas concerné par le sujet et il revient en général la fameuse phrase (que vous vous dite peut-être aussi si vous aussi ne vous sentez pas concerné) :

"je m'en fous, je n'ai rien à cacher"

Ce qui au passage sous-entend l'accusation, "si ça te pose un problème, c'est que tu as quelque-chose à cacher". Et malheureusement le débat s'arrête souvent ici.

Hors le problème est beaucoup plus général.

En effet, le rôle d'un état est d'assurer un certain contrôle de la population (police...) et une limitation de certaines liberté (lois...) ce qui paradoxalement à pour but d'augmenter la liberté moyenne de chacun des habitants. Cependant il faut être conscient qu'un gouvernement va avoir naturellement tendance à essayer d'augmenter son pouvoir sur la population et que, pour qu'une société ne risque pas de déraper, il faut maintenir en permanence un bon compromis pouvoir de l'état/liberté de la population.

Il n'est donc pas exclu que l'équilibre soit rompu un jour. En regardant l'histoire, on peut même dire que c'est même une certitude et que la question est plutôt de savoir dans combien de temps cela arrivera.

Mettre en place une infrastructure de surveillance poussée est donc risqué car le jour on se retrouvera dans un système totalitaire, celui-ci ne se privera pas de l'utiliser. Il ne peut-être légitime que si l'apport pour la population est important.

Si on prend l'exemple de la vidéo surveillance on se rend compte que l'efficacité réelle est faible :

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/f/fiche-article-la-videosurveillance-reduit-elle-la-delinquance-25588.php

Concernant la surveillance du net, notamment pour lutter contre le terrorisme, Il est clair que cela de changera quasiment rien. (on peut échanger des messages chiffrée, se réunir dans une pièce fermée pour échanger...)

En bref la plupart de ces systèmes ne semblent pas pouvoir apporter aux populations un bénéfice important.

Tout ça pour dire que l'argument je m'en fous, je n'ai rien à cacher est totalement hors sujet, qu'il y a une limite acceptable à la surveillance des populations et je pense qu'on est en train de la dépasser sans que ça émeuve grand monde.

 

Commentaires !